L'Algérie au coeur, à corps et à cris! - Want Too Free! Viva l'Algérie!
Bienvenue sur notre Forum.

L'Algérie au coeur, à corps et à cris! - Want Too Free! Viva l'Algérie!

Espace de Débats d'idées, d'Echanges et de Communication Intelligente  
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Bienvenue sur l'Algérie au Cœur, à Corps et à Cris - Nous vous souhaitons de passer d'agréables moments en notre compagnie. - Want Too Free! Où Va l'Algérie!

PageRank
Sujets similaires
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 171 le Lun 29 Aoû 2011 - 21:50
Statistiques
Nous avons 860 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est mumus

Nos membres ont posté un total de 188555 messages dans 4365 sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires




i-Gratuit.info - Référencement 100% gratuit

Tchat Blablaland
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de L'Algérie au coeur, à corps et à cris! - Want Too Free! Viva l'Algérie! sur votre site de social bookmarking
Facebook
My Great Web page

Partagez | 
 

 Algérie : manifestations du 12/02/2011

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MASSNSEN
Débutant(e)
Débutant(e)


Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 41
Localisation : Algérie
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Algérie : manifestations du 12/02/2011   Jeu 3 Fév 2011 - 18:24

Appel à toutes les algériennes et algériens qui aiment sincèrement l’Algérie.
Manifestations et contestations populaires le 12/02/2011 à travers toutes les wilayas et communes d’Algérie.
Mobilisons nous le 12 février 2011 pour sauver l’Algérie et redonner l’espoir au peuple, pour que nos jeunes ne risquent plus leurs vies en Herragas et qu’ils ne sombrent pas dans le désespoir, la drogue et le suicide.
Nos revendications sont les suivantes :

1) Attribution d’une allocation chômage équivalente à 6000 D.A à chaque chômeur ne refusant pas un poste d’emploi proposé par L’ANEM.

2) Revalorisation de la bourse allouée aux étudiants à 6000 D.A par mois.

3) L’état doit lancer un vaste programme de relance de l’agriculture Saharienne (en particulier) par investissement direct de l’état (nous n’accepterons plus que l’Algérie applique scrupuleusement les recommandations du FMI nous interdisant d’investir directement dans les secteurs productifs). Il est quasi certain qu’une vraie relance de l’agriculture résorbera totalement le chômage et créera des ressources durables pour le pays. L’Algérie pourra inonder le marché européen en produits agricoles, alors mobilisons nous pour exhorter l’état à opter pour des investissements importants dans l’agriculture au lieu de gaspiller l’argent du peuple dans des projets qui ne sont ni rentables ni urgents (l’autoroute ne donnera pas à manger à nos jeunes, elle servira aux barons de l’import/import pour accélérer leurs transactions).

4) Retrait de nos réserves de changes placées dans les caisses de trésor des pays occidentaux et affectation de ces ressources directement dans des projets de développement de l’agriculture pour créer des postes d’emploi à nos jeunes. Ce n’est pas normal que nos réserves de changes en profitent aux Américains pour les investir et résoudre les problèmes du chômage des jeunes Américains alors que nos jeunes sombrent dans la misère.

5) Adopter un texte claire contre le favoritisme et Hogra à l’emploi ; Nous devons plus accepter et tolérer les pratiques de piston qui porte le préjudice le plus grave à l’Algérie : le piston est généralisé, des incompétents sont favorisés à occuper des postes de responsabilité tandis que les compétents sont exclus et forcés à l’exil ; pourquoi les cadres de l’état et les militaires attribuent par favoritisme net à leurs fils des postes d’emploi à SONATRACH et dans les sociétés pétrolières étrangères et administrations de l’état tandis qu’ils recommandent aux fils du bas peuple ASSABR et de chercher des postes d’emploi précaires chez les privés ou même des contrats de pré-emploi avec des salaires de misères? A ce titre des sanctions sévères doivent être appliquées aux recruteurs véreux et des mesures facilitant le recours à la justice (frais de justice supportés par l’état, affaire à traiter en urgence par les juges,..) doivent être accordées aux diplômés lésés.

6) Attribuer une allocation à toute famille Algérienne démunie (familles d’orphelins mineurs, handicapés dans l’incapacité de travailler), cette allocation doit être complémentaire pour atteindre des revenus mensuels au moins égales au SMIG. L’état doit également prendre en charge les malades ne pouvant payer les frais de leurs soins médicaux.


7) Interdire formellement le recours à l’usure (intérêts bancaires) par les établissements financiers. Les banques ne peuvent rémunérer leurs capitaux que par participation directe dans des projets d’investissements, ce qui implique le partage des bénéfices et des pertes.



Bravons la peur, en tout cas si l’état déploiera ses forces de répression en nous emprisonnant ou en nous tabassant, nous resterons pacifiques le plus important pour nous c’est d’organiser des actions locales et synchronisées sur tout le territoire national tel que la fermeture de tous les sièges de daïra (symbole au niveau local du pouvoir central) et même la fermeture des routes si la situation l’exigerai.

Ensemble pour l’égalité sociale entre les Algériens, ensemble pour le développement durable du pays, ensemble pour la justice et l’égalité.



السلام عليكم
حركات احتجاجية و مظاهرات يوم 12 فيفري2011 بكل مداشر و بلد يا ت الجزائر

دبرو خدمة للشبان …متدوش صواردنا للمريكان
نحاسبو اولاد النضام و العسكر على ثروتهم
لا للمحسوبية "المعارف"' في التشغيل : سوناطراك لكل الجزائريين . و علاش بوتفليقة يخلى اولاد النضام يستولو على مناصب عليا فى الدولة و سوناطراك بدون ما يستحقوها و اولاد الشعب الاكفاء يرموهم برا.و علاش بوتفليقة يسمح لاطاراث الدولة و سوناطراك يجيبوا اولادهم و اقاربهم يخدموا والي معندوش لمعارف ميخدمش.
نداء لكل الجزائريات و الجزائريين الوطنين حقا.
انضموا إلينا لإعادة الأمل للشعب. باش شباننا ميغامروش بحياتهم حراقة ولا يغرقو فى الميزيرية
و بلادنا غنية.

لتحقيق التنمية الاقتصادية و محاربة,التهميش ,الإقصاء ,المحسوبية ,الرشوة و نهب
المال العام.

واش نطلبو من الحكومة؟

(1) منحة ب 6000 د ج للبطالين الى غاية الاستدعاء للشغل
(2) رفع المنحة الشهرية للطلبة إلى 6000 د ج.

(3) وضع مخطط إستعجالى للاستثمار العمومي في مجال الفلاحة (الصحراوية خاصة).ندعو بإنشاء مستثمرات فلاحيه تابعة للدولة تسير بطرق عصرية لتحقيق إنتاج وافر يوجه للتصدير.

(4)إسترجاع الاموال الجزائرية المودعة في صناديق الخزينة للدول الغربية لتوجيهها إلى الاستثمار الفلاحى. موش ممكن ان صواردنا يخدمو بها مريكان و أوروبا باه يستفادوا بها شبابهم و نخلو اولاد الجزاير غارقين فالبطالة.

(5)تبنى قوانين صارمة للحد من المحسوبية في التشغيل.استغلال النفوذ "لمعارف"ولى اساسا للتوظيف و سبب اكبر ضرر للبلاد بإطارات غالبيتها هشة و كفاءات اضطرت للهجرة. لازم الشفافية في مسابقات التوظيف ,خلق موقع موحد على الانترنيت يسير من وزارة العمل و يرغم كل الإدارات و المؤسسات للإشهار بعروض التوظيف فى هذا الموقع حتى يعلم بها جميع الراغبين في التوظيف.زيادة على هذا على الدولة تحمل نفقات اللجوء للعدالة للمترشحين المظلومين و الفصل في هذه القضايا بصفة إستعجالية مع معاقبة المسؤولين الحقارين .

(6)تكفل الدولة بكل العائلات الجزائرية المعوزة (عائلات اليتامى القاصرين ,المعاقين غير القادرين على الشغل) بمنحة شهرية تكميلية توصل دخلها الشهري إلى الراتب الأدنى المضمون. كما نلزم الدولة بالتكفل بعلاج المرضى الذين ثبت عدم قدرتهم على دفع مصاريف العلاج.

)7منع الربا (الفوائد على القروض و الادخار) في المعاملات البنكية.

معا لتحقيق التنمية و العدالة الاجتماعية و المساواة بين كل الجزائريين.
إ ذا الدولة استعملت العنف لازم نبقاو سلميين, المهم ننضموا احتجاجات فى نفس التوقيت فى كل ولايات الوطن و نزكروا كل الدائرات و فى الظرورة نقفلوا الطرقات. إذا كنا منضمين ما نخافوش من دولة البوليس
ساعدونا للترويج لهذا النداء فى محيطكم ,عن طريق الانترنت و تعليق نداءت فى الاحياء و الجامعات
Revenir en haut Aller en bas
Tulipe
Super Posteur
Super Posteur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3166
Age : 32
Localisation : mara hna; mara l'hih :D
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Algérie : manifestations du 12/02/2011   Ven 4 Fév 2011 - 19:17

arretez SVP;

on est manipulé , ça saute aux yeux que c'est voulu par l'étranger ....

boutef (bien que je ne l'aime pas ) est l'élu du peuple ... fallait bouger y a longtemps. avant son 2eme et 3 eme mandat ..

c'est insensé

pourquoi maintenant ?????????? on veut semer l'instabilité dans le pays , l'insécurité c'est ce que vous voulez ??????????


les problèmes que vous venez de citer ne date pas d'aujourd'hui , mais depuis le 1962 ..........on a jamais connu de justice .. mais c'est encore injuste que ça soit la main étrangère ...

l'Algérie est un pays instable , n'en rajoutez pas .......ils veulent nous enfoncer encore et encore

on doit régler nos problèmes tous seuls pas besoin qu' on décide à notre place quand est ce que on doit ouvrer le bec et quand est ce que il fait le fermer .............


on en a marre , nos blessures saignent toujours , il faut pas faire couler le sang d'un autre endroit ...

n'oubliez pas qu'on a souffert ....

rappeler vous c'est quoi vivre dans l'instabilité et de l'insécurité ....

n'entrez pas dans le jeux des américains et des juifs ......



Dernière édition par Tulipe le Ven 4 Fév 2011 - 19:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tulipe
Super Posteur
Super Posteur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3166
Age : 32
Localisation : mara hna; mara l'hih :D
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Algérie : manifestations du 12/02/2011   Ven 4 Fév 2011 - 19:19

NON A LA MARCHE
Revenir en haut Aller en bas
Tulipe
Super Posteur
Super Posteur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3166
Age : 32
Localisation : mara hna; mara l'hih :D
Date d'inscription : 01/07/2008

MessageSujet: Re: Algérie : manifestations du 12/02/2011   Ven 4 Fév 2011 - 19:51

ça va etre en faveur des opportunistes ... qui vivent déjà à nos dépends
et le pauvre peuple va payer ;
Revenir en haut Aller en bas
MASSNSEN
Débutant(e)
Débutant(e)


Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 41
Localisation : Algérie
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Algérie : manifestations du 12/02/2011   Jeu 10 Fév 2011 - 12:18

Manifestations du 12/02/2011 pour exiger le départ des du régime corrompu et corrupteur.
Quelques preuves sur l'argent du peuple Algérien qui se trouve dans des comptes à l'étranger :

* Le général major Mohamed Lamine Mediene:

Il a un compte numéroté en Suisse dans l'union des bancaires privés (UBP), 96-98 Rue du Rhône, Genève 1204 Suisse.
Le numéro de son compte est : 121274552136KM94, il est géré par un certain S. Serval.
Rien que ce compte renferme prés de 62 millions de dollars, une somme provenant pour la plupart des commissions de l'achat d’armements pour l’ANP. Rien que la société sud-coréenne ‘‘Daewoo’’ a versé plus de deux millions de dollars pour s’établir en Algérie après la liquidation de son premier directeur à Alger.
* Le général major Mohamed Touati:

Il possède un compte dans la banque Crédit Lyonnais à Monaco, son adresse est, 01 avenue des Citronniers, 98000 Monaco. Mohamed Touati est un client plus ou moins riche, il possède sur son compte portant le numéro: 74293 M un peu plus que 8 millions de dollars.
Le gestionnaire de son compte est monsieur Philipe Sarlin et son téléphone est: 37797973470.

Les transferts de fonds passent sous la couverture d’achats d’œuvres d’art d’une galerie située à Monaco et qu’il possède avec un ancien officier de la Sécurité Militaire (SM), un certain Nourredine Benferhat.

* Comptes des héritiers du général major Larbi Belkheir:

Il possède plusieurs comptes bancaires dans une banque à Genève en Suisse qui est le Crédit Lyonnais; ces comptes sont en gestion privée.
Parmi ces comptes, les deux premiers ont été ouverts par Belkhier en personne durant l’année 1988 à la dite banque située à la place Bel- Air, Genève1204; l'un nominatif Larbi Belkheir dont le numéro est: 104088 C, dans lequel il a fait un premier versement à l’ouverture, d’un montant de 1.220.000 dollars, c'est un compte dépôt rémunéré.
Il a, à plusieurs reprises, utilisé la ligne directe de la présidence de la république pour donner les directives à son gestionnaire qui répond au nom de Dominique Stocker ; le téléphone est le n° 41227056666 ; l’enregistrement des conversations par le groupement contrôle réseau (GCR), organe d’écoute qui dépend du département du renseignement et la sécurité à l’appui.

Son deuxième compte bancaire est un compte numéroté : 5039500321288 qui renferme plusieurs dizaines de millions de dollars issus de diverses transactions avec des firmes étrangères et de commissions de marché.

Il a un autre Compte au Luxembourg qui est aussi en gestion privé. Ce compte est géré par un certain Pascal Gurndrich, téléphone: 352476831300.

* Comptes des héritiers du général major Smain Lamari:

Grâce à ses contacts avec les milieux du patronat français et les hommes qui font du lobbying pour l’investissement en Algérie, il a réussi à faire une vraie fortune et possède à ce titre deux comptes numérotés au Crédit Suisse en Private Banking.
L’un d’eux est sous le numéro: 72796365197821 SP géré par un certain Carone Rolf, il renferme plus de 45 millions de dollars, une somme qui provient pour la plupart des commissions sur les marchés de privatisation et investissements étrangers. Le deuxième est aussi en Private Banking et renferme les Sommes amassées lors de contrats d’armement spécialement avec l’Afrique du sud.

Mohamed Bouricha est poursuivi depuis cinq ans pour de nombreuses affaires de corruption aux dépens de l’Etat et n’a jamais été jugé grâce à la protection dont il bénéficie de la part du clan Bouteflika.
Désormais, il peut quitter le pays.Mohamed Sbih est un flic ripoux que tout destinait à la prison mais qui, grâce à son père ambassadeur à Paris, s’est retrouvé en Espagne, libre et, probablement, très riche. Inculpé dans une grosse affaire de détournement de deniers publics, il était accusé rien moins que d’avoir établi un faux rapport de police disculpant un banquier prévaricateur qui avait dérobé la somme astronomique de 3 200 milliards de centimes !.
Abdelmadjid Sidi Said, Abdelghani Bouteflika et Cheb Mami, dans l'affaire Khalifa; Amar Sââdani (ancien président de l'APN et ancien président des comités de soutien à Bouteflika) dans l'affaire des 4000 milliards de Djelfa; le wali Mohamed Bouricha, (ami de la famille et responsable lui aussi des comités de soutien à Bouteflika) dans une série de pillages sans précédent depuis l'indépendance ; Khalida Toumi dans l'affaire (à vérifier) du détournement dans le cadre de « Alger capitale arabe de la culture » ; le conseiller du président de la République « parrain spécialisé en marchés publics distribués aux entreprises étrangères qui acceptent de verser des pots-de-vin » et dont le procès s’est tenu d’une manière expéditive …. Pour ne citer que ceux là…
Revenir en haut Aller en bas
MASSNSEN
Débutant(e)
Débutant(e)


Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 41
Localisation : Algérie
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Algérie : manifestations du 12/02/2011   Jeu 10 Fév 2011 - 12:18

Manifestations du 12/02/2011 pour exiger le départ des du régime corrompu et corrupteur.
Les détournements de fonds par Bouteflika :
les détournements par Bouteflika des reliquats budgétaires des ambassades algériennes. L’accusation était lourde et passible de condamnation à mort. Bouteflika le savait. Boumediene n’était plus là pour le protéger. Il chercha d’abord à « rembourser » les sommes détournées. Le 5 janvier 1979, soit une semaine à peine après le décès de Boumediène, Bouteflika remet au Trésor public un chèque libellé en francs suisses d’une contre-valeur de 12 212 875,81 DA tiré de la Société des banques suisses à Genève. Il ne rapatriera pas d’autres sommes, ce qui irritera fortement les autorités qui s’estimaient fondées à considérer ces légèretés comme une marque de mépris à leur endroit. Le chèque remis par Bouteflika était, en effet, loin de correspondre aux chiffres que détenaient les services de renseignements de Kasdi Merbah : Bouteflika aurait « oublié » de s’expliquer sur la disparition de 58 868 679, 85 DA. Il négligera, de plus, d’accompagner ces remboursemensts de justificatifs qui les auraient validés aux yeux du Trésor public, comme le lui demandait Chadli Bendjedid. Cette carence allait précipiter le déclenchement de la procédure judiciaire. L’affaire est lancée, sur fond de luttes d’appareils. Chadli saisit la Cour des comptes. L’enquête de cette institution aboutit à un premier arrêt qui sera prononcé le 8 août 1982 à l’encontre et qui « met en débet Abdelaziz Bouteflika pour une somme dont la contre-valeur en dinars représente 58 868 679, 85 DA et qui reste à justifier ». La Cour explique que ce montant « est l’aboutissement des longues investigations de l’institution tant au niveau de la Trésorerie principale d’Alger qu’à celui du ministère des Affaires étrangères » Ce furent, en effet, de « longues investigations ». Elles portèrent un premier préjudice à Bouteflika qui se voit d’abord suspendu du Comité central du FLN « en attendant son exclusion par le congrès ». Le comité central, réuni ce jour-là en 6e session, signale que « le concerné s’engage à restituer les biens et dossiers du parti et de l’Etat en sa possession », parle de « dossier au contenu grave » qui justifie de « saisir la justice de l’affaire ». L’enquête fut menée ensuite sur plusieurs fronts. Elle établit comment le ministre Bouteflika s’y est pris pour détourner pareille somme d’un Trésor public pourtant vigilant. La Cour des comptes donne, dans El Moudjahid du 9 août 1983, des détails précis sur la façon dont ces sommes ont été dévoyées : « Agissant alors en qualité de ministre des Affaires étrangères, M. Abdelaziz Bouteflika avait successivement ordonné aux chefs de missions diplomatiques et consulaires, par instructions n° 20 du 14 février 1966, n° 33 du 1er décembre 1966, n° 36 du 1er mai 1967, n° 68 du 1er octobre 1969 :
en 1966, de conserver au niveau des postes les soldes disponibles qui devront faire l’objet d’instructions ultérieures particulières ;
en 1967, d’ouvrir des comptes particuliers devant abriter ces disponibilités ;
en 1969, enfin, de procéder au transfert des reliquats disponibles vers deux comptes bancaires ouverts auprès de la Société des banques suisses, les reliquats des exercices ultérieurs devant désormais avoir la même destination. » (1)
La Cour observait que « le gel de cette importante trésorerie, qui a notamment profité à un établissement bancaire étranger, n’a donc obéi à aucun texte législatif ou réglementaire et sa gestion échappait totalement au contrôle du Trésor ». Bref, aux yeux de l’instance judiciaire, Abdelaziz Bouteflika a donc bien détourné ces sommes de 1965 à 1978. Bouteflika s’est maladroitement défendu contre tous ces griefs, accumulant dérobades, confusions et bévues. Il refusa obstinément de se présenter à Alger devant la Cour des comptes, obligeant les magistrats instructeurs à se déplacer à Paris et à Genève pour l’entendre. L’idée de se soustraire à la justice n’était pas pour inciter les juges à de clémentes dispositions à son égard. Il se fourvoya ensuite dans des explications contradictoires pour justifier ces placements occultes des fonds des Affaires étrangères sur des comptes suisses. En privé, il soutenait que l’argent devait alimenter « une caisse noire indispensable aux financements secrets de certains mouvements de libération ». Aux magistrats de la Cour des comptes il donna une toute autre version, invoquant la construction d’un nouveau siège du ministère des Affaires étrangères pour laquelle il destinerait la trésorerie amassée sur les comptes suisses. Un argument aussi léger ne pouvait que l’enfoncer davantage. Dans son arrêt, la Cour des comptes se fit d’ailleurs une joie de le démolir sans ménagement : « Ce motif fallacieux ne peut être pris en considération sachant qu’une opération d’investissement obéit à des règles bien précises qu’aucun ordonnateur ne peut ignorer et que l’éventuelle construction d’un nouveau siège du ministère des Affaires étrangères doit être financée par des crédits normalement inscrits au budget de l’Etat. » (1)
Dans son arrêt définitif du 8 août 1983, la Cour des comptes donnait un verdict sans appel : « M. Abdelaziz Bouteflika a pratiqué à des fins frauduleuses une opération non conforme aux dispositions légales et réglementaires, commettant de ce fait des infractions prévues et punies par l’ordonnance n° 66-10 du 21 juin 1966 et les articles 424 et 425 du Code pénal. » (1)
La Cour des comptes évaluait à « plus de 6 milliards de centimes » le montant dont Bouteflika restait redevable auprès du Trésor, un montant qui, ramené à la parité de 2010, avoisinerait les 300 milliards de centimes.
Des mesures conservatoires sont prises à son encontre dans le cadre de l’enquête judiciaire. Son passeport diplomatique lui fut confisqué et son traitement de haut fonctionnaire suspendu. Deux de ses villas sont saisies.
Bouteflika échappa cependant à la prison alors que trois de ses collaborateurs impliqués dans le détournement ont passé quatre années en à El-Harrach.
« Sans l’intervention magnanime de Chadli, Bouteflika aurait fait plusieurs années de prison pour détournement de fonds publics », confirme Ahmed Taleb Ibrahimi, qui était dans l’entourage de Chadli en qualité de ministre conseiller à la Présidence puis de ministre des Affaires étrangères à partir de 1984. (2) Chadli Bendjedid, qui n’aime pas évoquer cet épisode, se contente d’une formule miséricordieuse : « Ce n’était pas dans ma nature d’enfoncer d’anciens collaborateurs en mauvaise passe. J’ai fait ce qu’il fallait faire envers Bouteflika. » (3)
Chadli ne voulait pas que Bouteflika ait des ennuis
Il fallait bien de la miséricorde présidentielle, en effet, pour sauver Bouteflika d’une affaire très mal engagée pour lui. Non seulement Bouteflika échappa à la prison mais il obtint de Chadli l’assurance qu’il pouvait rentrer au pays sans être inquiété à son arrivée à Alger. « Il a envoyé plusieurs messagers à Chadli en 1984 pour en arracher la promesse qu’il pouvait rejoindre l’Algérie sans risque, soutient le général Benyellès. Chadli m’a dit, et je peux en témoigner, de transmettre à Bouteflika qu’il pouvait rentrer sans problème. “Je lui en donne ma parole”, a-t-il ajouté. Chadli ne voulait pas que Bouteflika ait des ennuis. » (4)
Les mesures conservatoires prises à son encontre dans le cadre de l’enquête judiciaire seront levées une à une. Son passeport diplomatique lui fut rendu sur instruction de Chadli, qui lui rétablit en outre son traitement de haut fonctionnaire.
Bouteflika négocia ensuite avec succès la restitution de sa villa de Sidi Fredj confisquée par le wali de Tipaza et gendre de Chadli, Kaddour Lahoual, qui prévoyait d’en faire un bâtiment administratif. Il ne s’arrêtera pas là. L’étrange « opposant » Bouteflika bénéficiera ensuite d’une somptueuse demeure de 22 chambres située sur les hauteurs d’Alger, Dar Ali Chérif, en compensation d’une villa qu’il occupait. Chadli l’avait sauvé !
Quinze plus tard, en novembre 1999 à Monaco, Bouteflika, devenu président, oubliait tout cela et qualifiait Chadli de « quelqu’un qui n’est pas aviateur, mais qui a pris les commandes d’un Boeing 737 », regrettant que « Chadli qui est resté finalement autant de temps au pouvoir que Boumediène a curieusement mis le même temps pour détruire tout ce que Boumediène avait construit ». (5)
Devant la journaliste du Financial Times, il poussera un peu plus loin le dénigrement : « J’étais surpris un jour d’apprendre par la télévision que le chef de l’Etat algérien de l’époque et le chef d’Etat français de l’époque, que Dieu ait son âme, avaient eu un entretien en tête-à-tête de dix heures. Je connais les deux, je sais que le chef de l’Etat français pouvait parler pendant dix heures. Je ne suis toujours pas sûr que le chef de l’Etat algérien — et il est toujours vivant — pouvait, lui, parler pendant une demi-heure, pour dire des choses très essentielles. » (6) Il répétera cette odieuse comparaison entre Chadli et Mitterrand, avec plus d’emphase, à la télévision égyptienne, soulevant une tempête d’indignation au sein de l’opinion algérienne.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Algérie : manifestations du 12/02/2011   

Revenir en haut Aller en bas
 
Algérie : manifestations du 12/02/2011
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TELEVIE 2011
» Archives catholiques d'Algérie en métropole, La localisation
» Des manifestations de lycéens dégénèrent à Nanterre et Lyon
» Hockey : DIJON HC 2010/2011
» BAL JAUNE 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Algérie au coeur, à corps et à cris! - Want Too Free! Viva l'Algérie! :: Palabres :: Café Maure-
Sauter vers: